Portail Informatique + amitiés & humours de 7 à 77 ans & ad vitam eternam
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La permaculture

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7
AuteurMessage
Puydedomix
Grand villageois
avatar

Masculin
Nombre de messages : 716
Age : 63
Localisation : Puy-de-Dôme
sangliers : 2663
Date d'inscription : 01/03/2015

MessageSujet: Re: La permaculture   Mar 4 Avr - 14:18

Puydedomix a écrit:
Pile a écrit:
Puydedomix a écrit:
(...) tout le contraire de ce qui se pratique depuis 60 ans. (...)
Ça a commencé il y a 10.000 ans ! dodo

La permaculture avaient été "inventée" par les maraîchers parisiens au XIXe.
On l'avait oubliée depuis.

http://www.terraeco.net/renversant-ce-manuel-francais-du,53264.html

http://www.semencespaysannes.org/manuel_pratique_culture_maraichere_paris_12-actu_327.php

Dans ma serre, j'ai enterré les pots de semis de tomates dans du crotin de cheval frais (frais - le crotin pas le cheval).
Revenir en haut Aller en bas
Puydedomix
Grand villageois
avatar

Masculin
Nombre de messages : 716
Age : 63
Localisation : Puy-de-Dôme
sangliers : 2663
Date d'inscription : 01/03/2015

MessageSujet: Re: La permaculture   Jeu 6 Avr - 1:23

Puydedomix a écrit:
Ce n'est pas vraiment de la permaculture mais une expérimentation : le poireau hors sol.
Je m'explique. Je laisse tremper des racines de poireaux (coupés un cm au dessus des racines) dans une solution aqueuse + 1/10 de purin d'ortie. La partie verte a repris depuis deux semaines, sur environ 2 cm. Quand le processus aura bien démarré, je les repiquerai en pleine terre afin d'avoir du "blanc". A suivre...

J'ai commencé à les buter. Incroyable non.

Les PdT, cela fait déjà un moment.
La terre des buttes grouille de lombrics. Une vraie orgie.
Revenir en haut Aller en bas
Puydedomix
Grand villageois
avatar

Masculin
Nombre de messages : 716
Age : 63
Localisation : Puy-de-Dôme
sangliers : 2663
Date d'inscription : 01/03/2015

MessageSujet: Re: La permaculture   Jeu 6 Avr - 1:30

Puydedomix a écrit:
Des nouvelles des poireaux dont j'avais trempé les racines dans une solution au purin d'ortie et que j'avais repiqués :
ils poussent. Je vous ferai des photos.

J'ai déjà commencé à buter les pommes de terre, alors que l'on attend généralement la mi-avril pour les planter.
Une paysanne du coin : "c'est des pdt de l'année dernière que vous aviez laissées en terre ?"
Réponse : non, je l'ai ai plantées par -10 au mois de janvier alien
Ma terre étant en permanence paillées, elle ne gèle pas et les lombrics prolifèrent (+insectes), ce qui entretient la chaleur et laboure la terre. Ca lui a fermé son clapet...
Vos parents étaient paysans ?
Non, pas du tout, et il y a un an je n'y connaissais absolument rien alien  Mais vous savez madame, ce n'est pas parce qu'on n'est pas paysan qu'on est c*.
Pas d'arrosage (sinon du purin de temps en temps), pas de béchage, pas d'herbicides, bref, tout le contraire de ce qui se pratique depuis 60 ans. Et pas d'investissements lourds. Souvent, je fais les trous avec la main.
Les brocos sont déjà mangés. J'en ai gardés qui sont en fleurs (pour les graines peut-être). Je vais en resemer.
Contre les rongeurs, j'ai planté de l'aïl des ours.
J'oubliais : de temps il faut pisser dessus alien L'urine de l'homme (pas de la femme) est le meilleur engrais du monde ; ça ne coûte rien et ça soulage alien

Demain, j'essaierai de penser à faire une photo des PdT. Ce matin, j'en ai re-butées. Quand je dis ça ici, ils me regardent avec de grands yeux de veaux, comme si je leur annonçais la venue d'extraterrestres ou que Micron est président. J'élargis les buttes en plantant des piquets sur la longueur. Cela devrait en doubler la surface cultivable avec la même surface au sol. Elles ne ressembleront plus à des buttes mais à des massifs surélevés, plats. Le ruissellement se fera au travers des piquets/planches verticales. Je ferai une photo. C'est un travail de fou car je dois rapporter toute la terre dans une clairière où c'est rocheux avec peu de terre. Mais l'avantage, c'est le microclimat. Alors que le vent était glacial aujourd'hui, dans le jardin j'étais torse-nu. Cette absence de vent va me permettre de planter des figuiers.
Revenir en haut Aller en bas
Pile
Noble Sage
Noble Sage
avatar

Masculin
Nombre de messages : 13605
Age : 70
Localisation : Versailles
Pays : France
sangliers : 15816
Date d'inscription : 29/04/2005

MessageSujet: Re: La permaculture   Jeu 6 Avr - 7:39

Puydedomix a écrit:
Demain, j'essaierai de penser à faire une photo des PdT. Ce matin, j'en ai re-butées. Quand je dis ça ici, ils me regardent avec de grands yeux de veaux, comme si je leur annonçais la venue d'extraterrestres ou que Micron est président. J'élargis les buttes en plantant des piquets sur la longueur. Cela devrait en doubler la surface cultivable avec la même surface au sol. Elles ne ressembleront plus à des buttes mais à des massifs surélevés, plats. Le ruissellement se fera au travers des piquets/planches verticales. Je ferai une photo. C'est un travail de fou car je dois rapporter toute la terre dans une clairière où c'est rocheux avec peu de terre. Mais l'avantage, c'est le microclimat. Alors que le vent était glacial aujourd'hui, dans le jardin j'étais torse-nu. Cette absence de vent va me permettre de planter des figuiers.
Revenir en haut Aller en bas
Puydedomix
Grand villageois
avatar

Masculin
Nombre de messages : 716
Age : 63
Localisation : Puy-de-Dôme
sangliers : 2663
Date d'inscription : 01/03/2015

MessageSujet: Re: La permaculture   Jeu 6 Avr - 22:17

Pile a écrit:
Puydedomix a écrit:
Demain, j'essaierai de penser à faire une photo des PdT. Ce matin, j'en ai re-butées. Quand je dis ça ici, ils me regardent avec de grands yeux de veaux, comme si je leur annonçais la venue d'extraterrestres ou que Micron est président. J'élargis les buttes en plantant des piquets sur la longueur. Cela devrait en doubler la surface cultivable avec la même surface au sol. Elles ne ressembleront plus à des buttes mais à des massifs surélevés, plats. Le ruissellement se fera au travers des piquets/planches verticales. Je ferai une photo. C'est un travail de fou car je dois rapporter toute la terre dans une clairière où c'est rocheux avec peu de terre. Mais l'avantage, c'est le microclimat. Alors que le vent était glacial aujourd'hui, dans le jardin j'étais torse-nu. Cette absence de vent va me permettre de planter des figuiers.

Les Pdt déjà butées. Toutes n'ont pas encore émergé. Elles sont sous les feuilles.

http://www.hostingpics.net/viewer.php?id=910812pdt06042017.jpg

Et les fameux poireaux dont j'ai fait repartir les racines dans une solution H2O + purin d'ortie
Expérience à suivre. S'ils poussent, je leur recouperai les racines pour voir s'ils peuvent devenir perpétuels.

http://www.hostingpics.net/viewer.php?id=368532leeks06042017.jpg

Ils poussent au milieu de Pdt, et bientôt d'oca du Pérou, de capucines, de lin, etc.
Revenir en haut Aller en bas
Pile
Noble Sage
Noble Sage
avatar

Masculin
Nombre de messages : 13605
Age : 70
Localisation : Versailles
Pays : France
sangliers : 15816
Date d'inscription : 29/04/2005

MessageSujet: Pesticides dans les fruits - Stop à la fuite en avant    Jeu 6 Avr - 22:33

Pesticides dans les fruits - Stop à la fuite en avant
Que Choisir le : 22/09/2016

Nocifs pour la santé et l’environnement, les pesticides sont utilisés en quantités démesurées et de nombreux résidus sont retrouvés dans les aliments. Il est temps de repenser tout le système.

Un échec cuisant. Lancé par le gouvernement en 2008, dans la foulée du Grenelle de l’environnement, le plan Ecophyto a totalement raté son objectif. Il faut dire que le programme était ambitieux : il s’agissait de réduire de moitié en dix ans, soit avant 2018, l’usage de produits phytosanitaires (les pesticides). Dans un premier bilan publié fin 2014, le gouvernement constatait que loin de diminuer, le recours à ces produits avait augmenté de 5 % par an en moyenne de 2009 à 2013. Entre 2012 et 2014, on passait à 9 % par an. Pas découragé, le ministère de l’Agriculture lançait, en 2015, la version 2 du plan avec le même objectif de réduction de moitié en dix ans.

92 % des cours d’eau contaminés

Car les conséquences délétères de l’abus de pesticides ne peuvent plus être ignorées. Notre environnement en fait les frais : 92 % des cours d’eau français sont contaminés par des résidus de produits phytosanitaires, dix différents au moins dans plus de la moitié des cas. La faune en souffre et ce n’est qu’au prix de traitements coûteux que l’eau est rendue potable avant son arrivée au robinet des consommateurs. Même si les données de synthèse manquent concernant l’air et les sols, les études se succèdent pour montrer qu’ils ne sont, comme on peut logiquement s’y attendre, pas à l’abri de la pollution. Sans compter les effets plus directs sur les populations. La plus concernée : celle des agriculteurs, qui manipulent et respirent des pesticides à longueur d’année. Outre les intoxications aiguës, ils sont plus fréquemment atteints de diverses pathologies, notamment des maladies neurodégénératives et certains cancers. Plusieurs, comme la maladie de Parkinson ou le lymphome non hodgkinien, ont été officiellement reconnues maladies professionnelles. Quant aux femmes enceintes exposées, les études sur le sujet suggèrent une augmentation significative des fausses couches mais également des malformations congénitales, des leucémies et des tumeurs cérébrales chez leurs enfants.

La toxicité pour l’homme reste encore mal cernée

Ces résultats n’ont rien d’étonnant : n’oublions pas que, contrairement à d’autres composés nocifs – au hasard, l’amiante ou le tabac – les pesticides sont c*çus pour tuer ou a minima perturber le métabolisme d’un organisme vivant (insecte, champignon, etc.). Leur potentialité toxique pour l’homme est donc particulièrement importante, comme le souligne l’Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale) dans un rapport publié en 2013 : « Les organismes vivants partagent des processus et mécanismes physiologiques partiellement communs […] les pesticides constituent un risque pour les organismes non cibles, l’homme est évidemment concerné. » Et ce qu’il soit paysan, riverain ou simple consommateur. Pour le professeur Robert Barouki, chercheur en toxicologie et pharmacologie à l’Inserm, « extrapoler les résultats qu’on a sur les agriculteurs et en tirer des conclusions pour les consommateurs serait hasardeux, mais il s’agit d’alertes qui doivent nous préoccuper ». L’argument selon lequel on utilise des pesticides depuis des décennies pour traiter les végétaux que nous mangeons sans avoir constaté de lien avec une quelconque maladie ne tient pas. « Si on n’a jusqu’ici pas montré d’effet sur les consommateurs, ce n’est pas parce qu’il n’y en a pas, c’est parce que c’est extrêmement difficile à prouver, poursuit Robert Barouki. On sait peu ou prou à quoi chaque agriculteur a été exposé, ce n’est pas le cas pour les consommateurs, et les éventuelles pathologies peuvent mettre très longtemps à se déclarer. » Comment savoir à quoi attribuer un cancer ou un Parkinson apparu chez un sexagénaire ? « Le seul moyen d’établir des liens, c’est de mettre sur pied des cohortes : on suit les mêmes personnes pendant des décennies pour connaître les toxiques auxquels elles sont exposées. Plusieurs ont été mises en place en France ou ailleurs, mais on aura les réponses dans cinquante ans ! »

Prise de conscience progressive

Paul François, lui, n’a pas eu à attendre cinquante ans pour connaître les raisons de l’intoxication aiguë qui, en 2004, suite à une manipulation inappropriée du Lasso, un herbicide désormais interdit, l’a conduit à l’hôpital. Victime de séquelles neurologiques, ce cultivateur a fédéré les agriculteurs concernés dans l’association Phytovictimes et a entamé une conversion progressive de son exploitation vers l’agriculture biologique. Comme Pascal Clavier (voir reportage), il admet avoir travaillé sans état d’âme avec les produits chimiques : « Toute mon exploitation était basée là-dessus. Comme la majorité des agriculteurs, je n’y voyais que du bénéfice, c’est tellement plus simple ! Mais c’était un piège et il s’est refermé sur nous. » La plupart des acteurs en sont conscients : la fuite en avant vers un recours toujours accru à ces remèdes parfois pires que le mal ne peut plus durer. « Aujourd’hui, nombreux sont les cultivateurs qui réfléchissent davantage à leurs pratiques et elles sont mieux encadrées, reconnaît le céréalier. Par exemple, on a longtemps pu mélanger des pesticides entre eux sans limites, désormais c’est fini. Terminé également, les commerciaux envoyés dans les exploitations par les firmes de “phytos” et les pourcentages qu’ils empochaient sur les ventes. L’évaluation de la toxicité est, elle aussi, menée plus sérieusement. » À l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses), on souligne que, de un millier de substances actives autorisées dans les années 90, on est passé à moins de 400.

Des sols riches anéantis par la chimie

Sur le terrain, les initiatives se multiplient : sans aller jusqu’à passer à l’agriculture biologique, toujours très minoritaire mais en augmentation constante avec une surface cultivée doublée depuis 2007, des agriculteurs tentent d’amender leurs pratiques. Le réseau des fermes Dephy, dont le but est d’expérimenter des systèmes économes en produits phytosanitaires, réunit dorénavant plus de 2 600 exploitations de toute nature. Mais si les premiers résultats sont encourageants, avec des baisses de 10 à 12 % des fréquences de traitement, on est loin de l’objectif de 50 % fixé par le gouvernement. Car changer les habitudes ne se fait pas sans de multiples contraintes, tâtonnements et déconvenues (voir reportage) difficiles à affronter pour des agriculteurs dont les conditions de travail et de vie ne sont déjà pas des plus enviables. En outre, ces pionniers se sentent parfois bien seuls face à un environnement qui encourage le statu quo. « Il faut remettre à plat tout notre système et mettre en place une agriculture durable, avant même de penser au bio, plaide Paul François. C’est une question de santé et de protection de l’environnement, mais aussi de viabilité de notre agriculture : la chimie est arrivée sur des sols riches qu’elle a complètement anéantis. Ils sont sous perfusion, ça ne durera plus longtemps. Mais certains s’arc-boutent. Par exemple, la FNSEA est très embarrassée, car dès qu’on met en cause publiquement des molécules, il y a le risque qu’elles soient retirées et que les agriculteurs aient moins de solutions pour traiter les ravageurs. Le problème, c’est que nos chambres d’agriculture n’ont pas les moyens de défendre un autre système. Quant à la formation agricole, même si elle évolue un peu, globalement elle enseigne toujours le même modèle. »

Tout un système à réformer

Directeur de recherche à l’Inra (Institut national de la recherche agronomique), Jean-Marc Meynard en est lui aussi persuadé : c’est tout un système qui doit se réformer. Car les pesticides ont complètement façonné les filières, de la fourche à la fourchette. « Un exemple : on a des variétés de pommes de terre résistantes au mildiou, fléau qui peut nécessiter dix à quinze traitements. Mais ce ne sont pas les tubercules longs et réguliers qu’exigent les industriels de la frite. Résultat, elles ne sont pas cultivées. Autre exemple, il faudrait diversifier les assolements, car plus les cultures reviennent vite, plus il est difficile de contrôler leurs ravageurs, ce qui nécessite toujours davantage de pesticides. Au lieu de toujours faire du blé, du maïs et du colza, il faudrait introduire du soja, des céréales et des légumineuses diverses. Mais le soja destiné à l’alimentation animale, on préfère l’acheter en tourteaux aux Américains. Quant aux autres cultures de diversification, faute de quantités suffisantes, elles ne remplissent pas les grands silos dans lesquels les coopératives ont investi. Résultat, on importe en quantité du sarrasin, le fameux blé noir breton, des lentilles ou de la moutarde censées faire partie de notre patrimoine culinaire. Tous les acteurs se sont organisés autour de la solution "simplification + pesticides" et aucun n’a intérêt à changer tant que les autres ne le font pas. La normalisation, qui encadre la commercialisation et s’est imposée dans les années 60 et 70 au moment de l’essor des pesticides, entre également en jeu. Elle existe depuis suffisamment longtemps pour avoir configuré le comportement du consommateur, qui exige désormais des fruits et légumes d’apparence parfaite, ce qui ne peut être obtenu sans pesticides. Tant que tout le monde ne décide pas de modifier ses pratiques, rien ne peut changer. »

Face à ce verrouillage du système, le plan Ecophyto semble trop ambitieux dans les objectifs qu’il se fixe, et pas assez dans les moyens qu’il se donne. « Ce plan fait changer petit à petit l’état d’esprit des acteurs, c’est un préalable indispensable, constate Jean-Marc Meynard. Il contribue aussi à mettre en lumière des méthodes alternatives et permet l’essor de la recherche à leur sujet. Mais il ne s’adresse qu’aux agriculteurs et aux vendeurs de produits phytosanitaires. Alors qu’il faudrait impliquer tout le monde, des semenciers aux industriels de l’agroalimentaire en passant par les agriculteurs, les coopératives et les consommateurs. » De fait, quand nous rechignons à acheter telle variété ancienne résistante aux maladies, quand nous replaçons sur l’étal un concombre tordu ou une pomme un peu tachée, nous contribuons nous aussi à l’abus de pesticides. Et si nous amorcions le changement en abandonnant ces réflexes malheureux ?

Lavage et épluchage : un effet minime

Laver les fruits et légumes, éplucher ceux pour qui l’opération est possible, cela suffit-il pour éliminer en tout ou partie les pesticides ? Étonnamment, ni le Centre technique des fruits et légumes, ni les autorités sanitaires françaises ni leurs homologues ­européennes n’ont de données précises sur la question (1). Nous avons voulu nous faire une idée de la réponse en pratiquant un « mini-test » sur huit lots de pommes. Chacun a été divisé en trois groupes. Le premier a été analysé à l’état brut, le deuxième après avoir été lavé et le troisième après avoir été épluché. Précisons que pour le lavage, nous avons frotté les pommes sous un filet d’eau pendant environ 10 secondes.

Résultats

Ils sont décevants :
Échantillons bruts : 9 molécules en moyenne sont détectées (5 sont quantifiées).
Échantillons lavés : le chiffre ne tombe qu’à 8 molécules et la quantité globale diminue peu (12 %). Pommes épluchées : elles contiennent en moyenne 6 molécules (3 quantifiées) et la quantité diminue de moitié.

Interprétation

Il semble que deux obstacles s’opposent à l’élimination des pesticides par ces méthodes. Certains sont des produits dits « systémiques ». Appliqués notamment en enrobage des semences ou dans le sol et c*çus pour pénétrer à l’intérieur de la plante, ils restent ensuite dans le fruit. D’autres, parmi les pesticides de contact présents sur l’extérieur du fruit, sont difficilement solubles dans l’eau.

(1) L’effet de la cuisson n’est pas mieux documenté.

Santé

Objectif : zéro résidu

À chaque publication de données sur les résidus de pesticides dans les aliments, on assiste au même échange : les « anti » s’indignent de leur omniprésence tandis qu’industriels du secteur, syndicats agricoles et pouvoirs publics rassurent en soulignant que les quantités retrouvées sont inférieures aux limites maximales de résidus (LMR) réglementaires. C’est d’ailleurs le cas de notre test : il ne montre aucun dépassement de ces fameuses LMR à une exception près. Doit-on s’en satisfaire ? Ce serait faire peu de cas des incertitudes de la science. Certes, les limites maximales de résidus sont fixées, pour chaque couple pesticide/végétal, en mesurant la dose sans effets toxiques sur les animaux de laboratoire et en appliquant des facteurs de sécurité importants (souvent de l’ordre de 100). Pour autant, de nombreuses inconnues subsistent. « La question de l’exposition à des petites doses à long terme est extrêmement complexe, souligne le professeur Robert Barouki, chercheur en toxicologie et pharmacologie à l’Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale). L’effet cocktail est également un problème considérable. » Il pourrait être comparé à celui de deux médicaments incompatibles qui, pris en même temps, vous rendent malade. Plusieurs résidus de pesticides « consommés » de concert pourraient avoir un effet toxique supérieur à l’addition de leurs effets respectifs, voire différent.

Le phénomène a été observé par une équipe de l’Inra (Institut national de la recherche agronomique) sur un mélange de 5 pesticides fréquemment retrouvé sur les fruits. Il n’est nullement pris en compte dans les tests avant la mise sur le marché des phytosanitaires, qui se font sur un produit pris isolément. Enfin, de nombreux pesticides sont considérés comme des perturbateurs endocriniens : leur toxicité n’est pas a priori proportionnelle à la dose. Pour la cerner, il faudra remettre en question des méthodes d’évaluation ancrées depuis des lustres. Conclusion, plutôt que de se contenter d’un respect des LMR, l’absence totale de résidus de pesticides, toute utopique qu’elle soit, est l’objectif vers lequel il faudrait tendre.

Données chiffées

Inutile d'en rajouter !

Cinquante-neuf mille tonnes de pesticides ont été répandues sur les champs français en 2014. C’est énorme, c’est beaucoup trop, tout le monde est d’accord. Alors pourquoi certains ont-ils besoin de tordre les chiffres dans tous les sens pour leur faire dire n’importe quoi ? Passons sur Cash Investigation qui, en février, s’est gravement emmêlé les pinceaux en faisant un contresens total sur les données issues d’un rapport européen. Manifestement, la polémique au sujet de cette émission sur France 2 n’a encouragé personne à davantage de précautions dans le maniement des chiffres. À l’ouverture de l’Euro début juin, le groupe de magasins biologiques Biocoop envoyait un communiqué de presse illustré d’une équipe des Bleus dotée de masques de protection. « Les Français sont déjà champions d’Europe de l’utilisation de pesticides », clamait la légende. Sauf qu’il fallait lire la minuscule mention en bas du visuel pour constater que n’étaient pris en compte que les herbicides, molluscicides et régulateurs de croissance. Soit trois familles, dont deux assez peu utilisées. Les fongicides, famille de loin la plus prisée en Europe, mais aussi les insecticides, acaricides et « autres produits de protection des plantes », selon la nomenclature statistique, étaient ignorés par Biocoop. Car, pour ces produits-là, la France se place seulement entre la 3e et la 5e place, parfois distancée de très loin. À quelles acrobaties ne se livrerait-on pas pour le plaisir d’un jeu de mots qui tombe à pic pour faire sa promo ! Autre omission gênante constatée à chaque fois que sont cités des chiffres sur l’usage de pesticides : la surface cultivée n’est pas prise en compte. Or la France possède la plus vaste de tous les États européens.

Si l’on ramène la quantité de produits phytosanitaires à l’hectare cultivé, elle se classe au 9e rang derrière Malte, les Pays-Bas, la Belgique, l’Italie, l’Espagne, le Portugal, la Grèce et l’Allemagne. Autant dire que, si l’on veut éviter les résidus de pesticides, on n’a pas, a priori, de raisons de se méfier plus particulièrement des produits « origine France » que de ceux de nos voisins.
Revenir en haut Aller en bas
Pile
Noble Sage
Noble Sage
avatar

Masculin
Nombre de messages : 13605
Age : 70
Localisation : Versailles
Pays : France
sangliers : 15816
Date d'inscription : 29/04/2005

MessageSujet: Re: La permaculture   Jeu 6 Avr - 22:37

Puydedomix a écrit:
Les Pdt déjà butées. Toutes n'ont pas encore émergé. Elles sont sous les feuilles.

http://www.hostingpics.net/viewer.php?id=910812pdt06042017.jpg

Et les fameux poireaux dont j'ai fait repartir les racines dans une solution H2O + purin d'ortie
Expérience à suivre. S'ils poussent, je leur recouperai les racines pour voir s'ils peuvent devenir perpétuels.

http://www.hostingpics.net/viewer.php?id=368532leeks06042017.jpg

Ils poussent au milieu de Pdt, et bientôt d'oca du Pérou, de capucines, de lin, etc.

Sont pas très beaux (pas encore), mais qu'est-ce que ça doit être bon !!! bounce
Revenir en haut Aller en bas
Puydedomix
Grand villageois
avatar

Masculin
Nombre de messages : 716
Age : 63
Localisation : Puy-de-Dôme
sangliers : 2663
Date d'inscription : 01/03/2015

MessageSujet: Re: La permaculture   Ven 7 Avr - 0:25

Pile a écrit:
Puydedomix a écrit:
Les Pdt déjà butées. Toutes n'ont pas encore émergé. Elles sont sous les feuilles.

http://www.hostingpics.net/viewer.php?id=910812pdt06042017.jpg

Et les fameux poireaux dont j'ai fait repartir les racines dans une solution H2O + purin d'ortie
Expérience à suivre. S'ils poussent, je leur recouperai les racines pour voir s'ils peuvent devenir perpétuels.

http://www.hostingpics.net/viewer.php?id=368532leeks06042017.jpg

Ils poussent au milieu de Pdt, et bientôt d'oca du Pérou, de capucines, de lin, etc.

Sont pas très beaux (pas encore), mais qu'est-ce que ça doit être bon !!! bounce

C'est sûr qu'ils ont une sale gueule. Mais il y a quelques jours seulement, ce n'était que des racines in vitro, sans la partie verte.
Peut-être que ce sont des F1, vu qu'ils viennent du commerce (ce n'était pas des graines). Avec les F1, seule la 1re génération est "normale".
Quand j'interroge les gens qui achètent des graines au supermarché du coin, aucun ne sait ce que veut dire F1. Et même s'ils le savaient, ils ne "font" pas leurs propres graines, mais se contentent de racheter d'une année à l'autre. Perso, je n'achète que chez Kokopelli, non F1 non OGM.

Les plants de tomates, issus de mes propres tomates de 2016 - des Kokopelli - commencent à pousser sous serre.
Comme ils ont passé l'été dernier sans maladie et avec très peu d'eau, leur résistance aux maladies et à la sécheresse devraient être supérieure. Thanks Darwin!

Pour les courgettes, le pronostic vital est toujours engagé. Il pousse bien qqch mais c'est encore indéterminé.
En pleine terre, des feuilles de courgette ont émergé il y a déjà bien une quinzaine de jours. Avec mes buttes paillées tout me paraît possible maintenant. Je m'attends à tout.
Mon plaisir au jardin, c'est de gratter la terre, juste superficiellement, pour regarder toute la vie qu'elle contient.
C'est tout juste si les lombrics ne me sautent pas à la gueule tellement ils sont nombreux. A la même date l'année dernière, ils étaient encore rares.


Dernière édition par Puydedomix le Ven 7 Avr - 0:49, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Puydedomix
Grand villageois
avatar

Masculin
Nombre de messages : 716
Age : 63
Localisation : Puy-de-Dôme
sangliers : 2663
Date d'inscription : 01/03/2015

MessageSujet: Re: La permaculture   Ven 7 Avr - 0:35

Je retiens surtout :

"Un échec cuisant. Lancé par le gouvernement en 2008, dans la foulée du Grenelle de l’environnement, le plan Ecophyto a totalement raté son objectif. Il faut dire que le programme était ambitieux : il s’agissait de réduire de moitié en dix ans, soit avant 2018, l’usage de produits phytosanitaires (les pesticides). Dans un premier bilan publié fin 2014, le gouvernement constatait que loin de diminuer, le recours à ces produits avait augmenté de 5 % par an en moyenne de 2009 à 2013. Entre 2012 et 2014, on passait à 9 % par an. Pas découragé, le ministère de l’Agriculture lançait, en 2015, la version 2 du plan avec le même objectif de réduction de moitié en dix ans."

quelle bande de pourris !
Revenir en haut Aller en bas
Pile
Noble Sage
Noble Sage
avatar

Masculin
Nombre de messages : 13605
Age : 70
Localisation : Versailles
Pays : France
sangliers : 15816
Date d'inscription : 29/04/2005

MessageSujet: Re: La permaculture   Ven 7 Avr - 10:19

Puydedomix a écrit:
(...) quelle bande de pourris !

Ça nous donne surtout un bel aperçu des pseudo pouvoirs des politicards.
Revenir en haut Aller en bas
Puydedomix
Grand villageois
avatar

Masculin
Nombre de messages : 716
Age : 63
Localisation : Puy-de-Dôme
sangliers : 2663
Date d'inscription : 01/03/2015

MessageSujet: Re: La permaculture   Ven 7 Avr - 10:43

Pile a écrit:
Puydedomix a écrit:
(...) quelle bande de pourris !

Ça nous donne surtout un bel aperçu des pseudo pouvoirs des politicards.

Le pouvoir, c'est nous. Mangeons autrement, gaspillons moins, recyclons et le système devra changer pour survivre.
Je n'irai pas voter. J'ai des scrupules car je vais faire le jeu de ceux pour qui je n'aurais pas voter.
Aucun ne sort vraiment du lot. Entre les tribuns professionnels qui n'ont jamais bossé ou quasiment et les doux rêveurs, franchement on est mal barrés. Puis, l'important, c'est quand même les Législatives.
Revenir en haut Aller en bas
Pile
Noble Sage
Noble Sage
avatar

Masculin
Nombre de messages : 13605
Age : 70
Localisation : Versailles
Pays : France
sangliers : 15816
Date d'inscription : 29/04/2005

MessageSujet: Re: La permaculture   Ven 7 Avr - 11:43

Puydedomix a écrit:
(...) Puis, l'important, c'est quand même les Législatives.

Pour élire des gugusses qui s'accrocheront, eux aussi, au fauteuil et qui vont pourrir la vie de nos enfants ?
Revenir en haut Aller en bas
Puydedomix
Grand villageois
avatar

Masculin
Nombre de messages : 716
Age : 63
Localisation : Puy-de-Dôme
sangliers : 2663
Date d'inscription : 01/03/2015

MessageSujet: Re: La permaculture   Sam 8 Avr - 0:13

Après le film Demain, tu vas devoir ajouter L'Eveil de la permaculture (mentionné ce soir par Stéphane Marie dans Silence ça pousse).

http://www.commeaucinema.com/bandes-annonces/l-eveil-de-la-permaculture,355659

Ce que je fais régulièrement. Ca évite de gaspiller le purin d'ortie, qui me prend plus de temps que de faire une mixtion.

https://www.youtube.com/watch?v=6menBdzsS-I

Demain, petit traitement fongique de quelques feuilles de broco à l'aide de purin de consoude maison.
Le purin d'ortie peut aussi faire l'affaire. Dilué évidemment.
Revenir en haut Aller en bas
Pile
Noble Sage
Noble Sage
avatar

Masculin
Nombre de messages : 13605
Age : 70
Localisation : Versailles
Pays : France
sangliers : 15816
Date d'inscription : 29/04/2005

MessageSujet: Re: La permaculture   Sam 8 Avr - 5:56

Puydedomix a écrit:
Après le film Demain, tu vas devoir ajouter L'Eveil de la permaculture (mentionné ce soir par Stéphane Marie dans Silence ça pousse).

http://www.commeaucinema.com/bandes-annonces/l-eveil-de-la-permaculture,355659  (...)

L'Homme est-il immature à ce point qu'il se choisit toujours des chefs incapables de penser et de mettre en œuvre des méthodes comme celles pratiquées par les gens que montre ce film ?
Pourquoi ces chefs sont-ils à l'image de l'Homme qui les choisit et non à l'image de ces gens ? La réponse est dans la question.
Le pognon, toujours le pognon... à courte vue !

P.S.: Merci pour les liens
Revenir en haut Aller en bas
Pile
Noble Sage
Noble Sage
avatar

Masculin
Nombre de messages : 13605
Age : 70
Localisation : Versailles
Pays : France
sangliers : 15816
Date d'inscription : 29/04/2005

MessageSujet: Re: La permaculture   Sam 8 Avr - 6:08

Puydedomix a écrit:
(...) https://www.youtube.com/watch?v=6menBdzsS-I

Je suis moins fan parce que je suis un citadin et que je ne possède que quelques dizaines de m² de jardin, mais l'idée devrait intéresser les membres de la famille de ma Dame qui cultivent ses terres en Serbie.
La Tatie de ma Dame, qui possède un grand jardin potager (1 hectare de fruits et légumes) dans la région de Belgrade, devrait aussi être intéressée, mais elle reste assez traditionnelle dans ses méthodes. Par contre, elle n'utilise aucun produit chimique.
Revenir en haut Aller en bas
Puydedomix
Grand villageois
avatar

Masculin
Nombre de messages : 716
Age : 63
Localisation : Puy-de-Dôme
sangliers : 2663
Date d'inscription : 01/03/2015

MessageSujet: Re: La permaculture   Lun 10 Avr - 23:43

Pile a écrit:
Puydedomix a écrit:
(...) https://www.youtube.com/watch?v=6menBdzsS-I

Je suis moins fan parce que je suis un citadin et que je ne possède que quelques dizaines de m² de jardin, mais l'idée devrait intéresser les membres de la famille de ma Dame qui cultivent ses terres en Serbie.
La Tatie de ma Dame, qui possède un grand jardin potager (1 hectare de fruits et légumes) dans la région de Belgrade, devrait aussi être intéressée, mais elle reste assez traditionnelle dans ses méthodes. Par contre, elle n'utilise aucun produit chimique.

En bio intensif, quelques diz. de m2 suffisent à nourrir une famille. http://jardincomestible.fr/creer-sa-structure-en-agriculture-biodynamique-en-permaculture-en-agroecologie/

C'est un gars pratiquant le bio intensif qui m'a introduit à la permaculture.
Un hectare en bio intensif peut nourrir 800 personnes. Pour l'instant, il n'existe que qq diz. de microstructures en bio intensif.

Perma ou classique, avec ou sans butte, le principal est le respect de la nature.
Chaque fois que j'entre dans mon jardin, je suis étonné par le peu de dégât provoqué par les soi-disants nuisibles - qui n'en sont pas bien entendu, puisqu'ils jouent eux-aussi un rôle dans cet équilibre. Il faut vraiment y regarder de près. En ce moment, j'ai qq feuilles de broco attaquées, mais sans plus. Je soupçonne les chenilles processionnaires d'en être responsables. J'en vois parfois jusqu'à 2 m traverser mes buttes. Je les laisse tranquilles. Les mésanges bleues s'en chargeront.
J'ai commencé à relever les buttes sur les côtés en mettant des planches (en fait des piquets verticaux), ce qui me permet de quasiment doubler la surface de culture avec la même surface au sol. Pour éviter de rompre avec le milieu ambiant, j'ai rajouté de la terre pour faire une pente douce sur les côtés et faciliter l'accès aux lézards, qui sont de précieux auxiliaires. Avec le temps, les massifs surélevés seront entourés de plantes diverses, et de "mauvaises" herbes. Le jardinier a la fâcheuse tendance à faire trop propre. Les allées doivent rester herbées pour absorber l'humidité. Je suis fou quand je vois ces jardins plus propres que le parc du château de Versailles. La terre est labourée au motoculteur, y'a pas une herbe, tout est au carré. Au bout de qq jours, la terre est sèche et toute la "faune" est morte. Alors qu'il est si simple d'en faire le minimum pour obtenir le maximum. En plus, c'est à celui qui aura le jardin le plus propre, le plus linéaire, avec les fleurs d'un côté, les légumes de l'autre. Moi je laisse même les orties se développer sur les buttes. Elle me servent d'engrais vert selon mes besoins ou lors des repiquages.
Revenir en haut Aller en bas
Puydedomix
Grand villageois
avatar

Masculin
Nombre de messages : 716
Age : 63
Localisation : Puy-de-Dôme
sangliers : 2663
Date d'inscription : 01/03/2015

MessageSujet: Re: La permaculture   Lun 10 Avr - 23:55

Pile a écrit:
Puydedomix a écrit:
(...) Puis, l'important, c'est quand même les Législatives.

Pour élire des gugusses qui s'accrocheront, eux aussi, au fauteuil et qui vont pourrir la vie de nos enfants ?

Je n'irai pas non plus. Je ne reconnais aucune autorité, surtout que ces augustes gusgusses pondent des lois qui servent leurs intérêts d'abord, ou de leurs copains. Chaque fois qu'il y a une réforme, c'est pour nous asservir un peu plus, restreindre nos libertés... au nom de la Liberté.

J'avais dit beaucoup plus haut que Micron ne serait pas président. Ca se confirme on dirait.
MLP vs JLM ? Va y avoir plus de monde devant la tv qu'au Superbowl alien
Revenir en haut Aller en bas
Puydedomix
Grand villageois
avatar

Masculin
Nombre de messages : 716
Age : 63
Localisation : Puy-de-Dôme
sangliers : 2663
Date d'inscription : 01/03/2015

MessageSujet: Re: La permaculture   Mar 11 Avr - 0:43

https://www.youtube.com/watch?v=eUYru8IDsrU

Le film Demain, accessible sur Youtube en version complète.

Vidéo retirée. Cela m'étonnait aussi.


Dernière édition par Puydedomix le Mar 18 Avr - 23:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Puydedomix
Grand villageois
avatar

Masculin
Nombre de messages : 716
Age : 63
Localisation : Puy-de-Dôme
sangliers : 2663
Date d'inscription : 01/03/2015

MessageSujet: Re: La permaculture   Mar 11 Avr - 20:34

http://www.gerbeaud.com/jardin/jardinage_naturel/pommes-de-terre-paillage,1153.html

Ils disent : Les pommes de terre sous paillis ont généralement démarré plus tard, un retard allant jusqu'à deux semaines. Probablement car le sol couvert se réchauffe plus difficilement. (SIC)

Sauf que... avec un paillis, la terre reste relativement chaude + les insectes et lombrics qui entretiennent la chaleur.
J'ai planté mes pdt mi-janvier. Mi-mars, elles pointaient déjà. Je referai une photo demain.
J'ai rencontré un jardinier aujourd'hui, un "tradi" adepte du labour/béchage/terre depuis 40 ansnue qui me proposaient des plants.
Il est tombé des nues quand je lui ai dit pour les miennes. Je l'avais pourtant prévenu des miracles de la permaculture  alien
S'il devait geler aux nibards de glace (une question pour Mme Bellepaire... de Loche) je les recouvrirais d'un lit de feuilles.
Après récolte, je tenterai aussi sec une plantation pour avoir des pdt à la fin de l'automne.
Revenir en haut Aller en bas
Pile
Noble Sage
Noble Sage
avatar

Masculin
Nombre de messages : 13605
Age : 70
Localisation : Versailles
Pays : France
sangliers : 15816
Date d'inscription : 29/04/2005

MessageSujet: Re: La permaculture   Mar 11 Avr - 21:29

On parle de plus en plus de permaculture. J'en ai entendu parler dans la matinée sur RTL.
Quel dommage que les terres de ma Dame soient si éloignées ! J'aurais aimé faire ça à une échelle intéressante et convertir les autochtones.
Revenir en haut Aller en bas
Pile
Noble Sage
Noble Sage
avatar

Masculin
Nombre de messages : 13605
Age : 70
Localisation : Versailles
Pays : France
sangliers : 15816
Date d'inscription : 29/04/2005

MessageSujet: Re: La permaculture   Mar 11 Avr - 21:32

Puydedomix a écrit:
(...)
S'il devait geler aux nibards de glace (une question pour Mme Bellepaire... de Loche) je les recouvrirais d'un lit de feuilles. (...)

La copine de Mme Chalais, de Biotte ?
Revenir en haut Aller en bas
Puydedomix
Grand villageois
avatar

Masculin
Nombre de messages : 716
Age : 63
Localisation : Puy-de-Dôme
sangliers : 2663
Date d'inscription : 01/03/2015

MessageSujet: Re: La permaculture   Mer 12 Avr - 21:29

Pile a écrit:
On parle de plus en plus de permaculture. J'en ai entendu parler dans la matinée sur RTL.
Quel dommage que les terres de ma Dame soient si éloignées ! J'aurais aimé faire ça à une échelle intéressante et convertir les autochtones.

Comme promis, suivi des PDT. Elles sont butées.

http://www.hostingpics.net/viewer.php?id=879547Jardinbois12042017.jpg

Oui, on en parle de plus en plus. Hier et ce matin, j'ai rencontré une marcheuse que je n'aurais jamais pensé rencontrer près de mon jardin du bout du monde. Je ne dirai pas son nom mais elle est très informée des problèmes d'environnement, écrit des livres sur le sujet, etc., et en plus très sympa. Tout le monde connaît ses oeuvres en librairie et à la tv. Cela m'encourage à progresser car elle devrait suivre l'évolution de cette expérience. Là au moins, j'ai un témoin de valeur.
Revenir en haut Aller en bas
Puydedomix
Grand villageois
avatar

Masculin
Nombre de messages : 716
Age : 63
Localisation : Puy-de-Dôme
sangliers : 2663
Date d'inscription : 01/03/2015

MessageSujet: Re: La permaculture   Lun 17 Avr - 0:19

Si j'y pense, je vous mettrai demain une ou plusieurs photos de feuilles de courgettes, qui poussent à l'endroit même où j'avais des plants l'année dernière. Elles sont sorties mi-mars, mais à l'époque je n'y croyais pas trop. A la fin des récoltes, plutôt que d'arracher les pieds, je les avais couverts de tonte. Incroyable non ?
En cas de gel, je les recouvrirai de feuilles.
Bon, les gens du coin qui ont "vu de leurs yeux vu" ont fini par dire : on n'a jamais vu ça (les pommes de terre, et maintenant les courgettes).
Revenir en haut Aller en bas
Pile
Noble Sage
Noble Sage
avatar

Masculin
Nombre de messages : 13605
Age : 70
Localisation : Versailles
Pays : France
sangliers : 15816
Date d'inscription : 29/04/2005

MessageSujet: Re: La permaculture   Lun 17 Avr - 0:31

silent queen
Revenir en haut Aller en bas
Puydedomix
Grand villageois
avatar

Masculin
Nombre de messages : 716
Age : 63
Localisation : Puy-de-Dôme
sangliers : 2663
Date d'inscription : 01/03/2015

MessageSujet: Re: La permaculture   Mar 18 Avr - 2:36

Puydedomix a écrit:
Si j'y pense, je vous mettrai demain une ou plusieurs photos de feuilles de courgettes, qui poussent à l'endroit même où j'avais des plants l'année dernière. Elles sont sorties mi-mars, mais à l'époque je n'y croyais pas trop. A la fin des récoltes, plutôt que d'arracher les pieds, je les avais couverts de tonte. Incroyable non ?
En cas de gel, je les recouvrirai de feuilles.
Bon, les gens du coin qui ont "vu de leurs yeux vu" ont fini par dire : on n'a jamais vu ça (les pommes de terre, et maintenant les courgettes).

Feuilles de courgette, bien "paillées" (avec feuilles et tonte) car les nuits prochaines seront froides.
Je rappelle que c'est un pied de l'année dernière, qui a passé l'hiver sous le mulch, et non un semis.
http://www.hostingpics.net/viewer.php?id=635403jardinbois17042017courgette.jpg

Et les PdT qui n'en finissent pas de pousser
http://www.hostingpics.net/viewer.php?id=796655jardinbois17042017pdt.jpg

Les crosnes ont bien démarré
http://www.hostingpics.net/viewer.php?id=239929jardinbois17042017crosne.jpg
Revenir en haut Aller en bas
Pile
Noble Sage
Noble Sage
avatar

Masculin
Nombre de messages : 13605
Age : 70
Localisation : Versailles
Pays : France
sangliers : 15816
Date d'inscription : 29/04/2005

MessageSujet: Re: La permaculture   Mar 18 Avr - 9:34

Puydedomix a écrit:
(...)
http://www.hostingpics.net/viewer.php?id=635403jardinbois17042017courgette.jpg

Et les PdT qui n'en finissent pas de pousser
http://www.hostingpics.net/viewer.php?id=796655jardinbois17042017pdt.jpg

Les crosnes ont bien démarré
http://www.hostingpics.net/viewer.php?id=239929jardinbois17042017crosne.jpg

Les plants de patates sont superbes et les crosnes semblent prometteurs.
Revenir en haut Aller en bas
Puydedomix
Grand villageois
avatar

Masculin
Nombre de messages : 716
Age : 63
Localisation : Puy-de-Dôme
sangliers : 2663
Date d'inscription : 01/03/2015

MessageSujet: Re: La permaculture   Mer 19 Avr - 16:51

Pile a écrit:
Puydedomix a écrit:
(...)
http://www.hostingpics.net/viewer.php?id=635403jardinbois17042017courgette.jpg

Et les PdT qui n'en finissent pas de pousser
http://www.hostingpics.net/viewer.php?id=796655jardinbois17042017pdt.jpg

Les crosnes ont bien démarré
http://www.hostingpics.net/viewer.php?id=239929jardinbois17042017crosne.jpg

Les plants de patates sont superbes et les crosnes semblent prometteurs.

Il a fait -2 cette nuit. Pas de dégâts. Je viens de les recouvrir d'une couche de feuilles car on attend -4 à -6 la nuit prochaine. A suivre...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La permaculture   

Revenir en haut Aller en bas
 
La permaculture
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 7 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE VILLAGE DES GAULOIS :: Au Village on discute de tout et de rien ,en toute bonne entente-
Sauter vers: